LETTRE À MA PROFESSION, MA FAMILLE

LETTRE À MA PROFESSION, MA FAMILLE

Chers Restaurateurs, Chers Amis, Chère Famille,

Je suis née dans un restaurant, nos parents nous ayant élevés mon frère, mes soeurs, et moi, dans les « affaires » qui ont jalonné leur parcours de restaurateurs.

Je ne sais que trop l’investissement au quotidien que nous impose ce beau métier.

Je ne sais que trop la satisfaction ressentie quand les clients sont heureux de profiter d’un cadre, d’une atmosphère si particulière, évidemment d’une cuisine et de nos autres savoir-faire.

C’est meurtrie que j’apprenais la fermeture de nos établissements pour des raisons sanitaires.

Le fruit d’un investissement, d’une idée devenue réalité, et, très souvent, d’une vie, se trouvant paralysée, porte close, pour une période indéterminée.

Et tout d’un coup, c’est cette douce mélodie de l’enchevêtrement de ces tables qui nous

réchauffent le coeur, nous rassurent et nous soulagent, qui a cessé.

La saccade de cette symphonie de couteaux et de fourchettes dansant dans nos assiettes pour le plaisir de nos papilles.

Un plaisir parfois furtif et parfois long comme une bonne tablée de copains, un tête-à-tête dans un lieu parfait pour l’occasion que l’on célèbre.

Alors, c’est dans le silence que baignent nos zincs … Ce silence tellement rare dans nos endroits si vivants.

Je suis meurtrie, mais le restaurateur sait que durant les services les plus intenses, il faut se

retrousser les manches et fédérer l’équipe autour de la cause commune qui nous porte : la

satisfaction de nos clients.

Alors oui, nos clientes, nos clients, que l’on se plaît à chouchouter, sont privés de nos cadres, de nos établissements.

Mais le temps viendra où les retrouvailles seront permises. Le temps viendra où nous pourrons remettre du coeur à l’ouvrage.

Accueillir, servir, distraire, surprendre, amuser, cajoler… Tout simplement faire notre métier et satisfaire nos vocations, derrière nos bars, dans nos salles ou nos cuisines.

Alors oui, c’est en retroussant nos manches que nous allons traverser cette mer agitée, aux

remous sans précédent, mais nous atteindrons la côte.

C’est engagée auprès de la centaine de restaurateurs que j’accompagne chaque jour et de tous ceux qui mènent ce combat, que je vais, à vos côtés, me battre pour retrouver nos chemins de table.

Ma première action concrète a été la rédaction d’une notice qui indique les bonnes pratiques aux restaurateurs désireux de mettre en place un service de livraison et/ou d’emporter.

 

Bien à vous

Audrey Mislin

CEO Agence Influences Food

No Comments

Post A Comment